[Article sponsorisé] Le métier d’animateur 3D

   En moins d’une décennie, la modélisation 3d s’est imposée comme une activité incontournable du secteur de la haute technologie et des technologies de l’information. Cette croissance inversement proportionnelle à la crise générale de l’emploi est caractéristique d’une société engagée dans une profonde mutation. La demande dans ce secteur est si importante que la plupart des employés sont souvent des autodidactes. Cela ne change rien au fait qu’un bon animateur 2D ou 3D doit posséder au moins 3 qualités.

 1- La première se base sur une authentique sensibilité artistique. Elle correspond aux virtuoses du coup de crayon et à ceux qui ont un « compas dans l’œil ». Ceux qui depuis leur tendre enfance sont passionnés par le dessin, par la photo ou par l’architecture et dont les études secondaires leur ont permis de s’initier à l’Histoire de l’Art et à la compréhension des volumes, des couleurs, de la luminosité, etc.

 2- La seconde repose sur la maîtrise des outils informatiques. Et le défi est complexe ! Car pour obtenir un bon résultat, il faut appréhender différents logiciels. On pourrait résumer ceci en une phrase : à chaque animation, son logiciel. Ce qui explique qu’il n’est pas possible de définir le meilleur logiciel animation pour les paysages, les personnages, l'architecture, les sciences, la médecine, les jeux vidéo, l'animation cinématographique… L’animateur 2D et 3D intervient désormais dans de nombreux domaines.

 3- La troisième qualité est celle d’un excellent feeling commercial. Car de nombreux animateurs en 2D ou 3D font le choix de travailler en free-lance. C’est-à-dire en direct avec un client ou une boîte de production. Ce type de contrat exige donc une capacité à s’adapter à des demandes spécifiques, de s’insérer dans une partie d’un projet, sans altérer le travail antérieur ni polluer le travail de celui qui suit. Tout cela en respectant les délais imposés, et en ayant un minimum de connaissances financières pour que sa petite société devienne une véritable raison de vivre !

 Un animateur débutant 2D ou 3D reçoit en moyenne 2 000 euros de salaire mensuel. Depuis deux ou trois ans, on assiste à une relocalisation de ce métier. L’industrie de la télévision et celle des jeux vidéo accordent de plus en plus régulièrement leur préférence à de bons professionnels créatifs et réactifs basés en France plutôt qu’à un sous-traitant basé dans un pays en développement proposant un prix bas, mais dont le rendu est souvent jugé insuffisant.

Publier un commentaire